C’est chien !

en. fran. çais.

les récompenses 20 février 2009

Personnellement je traîne toujours des bonbons pour chien sur moi quand je suis avec ma chienne. Je trouve ça essentiel de remarquer, récompenser et renforcer les bons comportements (qui sont souvent rien de plus que l’absence d’un ancien comportement problématique), et le foie séché est très apprécié par pitou. Je fais mon possible pour saisir chaque opportunité d’apprentissage.

La plupart des chiens ne répondent pas de façon fructueuse à la désapprobation. On entend souvent de ne pas réagir au mauvais comportement et de récompenser le bon, mais c’est incroyable à quel point c’est vrai. Si vous tentez de tirer vos leçons du fait que vous n’êtes pas contents, c’est insécurisant pour le chien. Ça l’angoisse et ça lui donne encore plus de stress et plus de chance d’échouer de nouveau. Réservez votre inquiétude pour les vrais dangers comme les voitures ou les porc-épics, et ne vous souciez pas des accrochages mineurs de tous les jours.

C’est pas mal impossible de montrer «ne fais pas ça» à un chien si sa conduite est énervée ou anxieuse, sans être cruel. Si vous n’utilisez que les méthodes douces, il y a beaucoup moins de danger de faire des erreurs graves qui traumatiseront votre chien ou qui nuiront à sa confiance en vous. Il faut se souvenir que les chiens font de leur mieux pour répondre à l’environnement; ils ne font pas nécessairement exprès pour nous incommoder. Alors soyez patient, calme et gentil; je vous garantie que votre chien n’a que de la bonne volonté à travailler avec vous et que vous réussirez à changer ses mauvaises habitudes et ce d’une manière durable tant que le processus aura été agréable pour lui.

Si votre chien vous agace, (voir mon message sur le chien heureux et vous assurer qu’il fait suffisamment d’exercice!) il ne faut pas le laisser gagner. En dirigeant votre regard sur le mauvais comportement, vous démontrez que c’est une façon efficace d’avoir votre attention, et ça vous empêche de vous concentrer sur l’objectif.

C’est important de pouvoir travailler en présence des éléments qui gênent votre chien, par exemple un autre chien ou une planche à roulettes, et lui apprendre à changer sa réaction. C’est souvent une question de distance; il doit être assez loin de ce qui le chiffonne pour se maîtriser et se laisser maîtriser. Il ne doit pas être si emballé qu’il n’accepte pas de nourriture. Le but est de lui montrer qu’il n’y a rien à craindre et EN PLUS il sera récompensé pour sa tranquilité.

Il y a deux éléments à surveiller: prévenir les mauvais comportements et récompenser les bons. (Ça prend donc suffisamment de contrôle, et des récompenses faciles à utiliser, comme des gâteries pour chien.) Au tout début, les deux éléments sont les mêmes: si le chien voit un irritant et ne réagit pas, il doit être félicité, récompensé et encouragé. Une fois qu’il est à l’aise, de plus en plus près d’une telle chose, on peut lui demander un assis ou un couché et s’attendre à ce qu’il soit en mesure d’obéir. Le but final est d’avoir un chien qui connaît les comportements «payants» et qui les offre lorsqu’il est perturbé, au lieu de japper et sauter partout.

Ce n’est pas nécessaire de récompenser officiellement chaque acte d’obéissance; une fois que vous avez bien commencé à le dresser, vous pouvez inventer votre propre jeu de lotterie pour les récompenses. On n’utilise pas la nourriture comme paiement ou comme pot de vin, mais principalement pour créer des associations positives là ou le besoin l’exige. Les bonbons aident à mettre la chance de votre bord et prévenir une provocation aggressive ou une fugue, plutôt que d’attendre que le mauvais comportement se manifeste et ne plus pouvoir récompenser. Auparavant, je disais de faire asseoir ou coucher le chien, mais j’ai appris qu’il faut commencer avec une simple désensibilisation. Donc je ne recommande plus d’assis ou de couchés forcés; s’il n’obéit pas, il n’est pas assez à l’aise ou concentré pour apprendre. Allez-y par petites étapes réalisables, félicitez son bon travail et récompensez généreusement chaque amélioration.

On doit rapidement avancer à l’utilisation de récompenses de la vie quotidienne pour renforcer l’obéissance. Avant de lancer la balle pour mon chien je lui demande de reculer, sauter ou tout autre tour que nous travaillons en ce moment. Si elle veut chasser un écureuil dans le parc nous pratiquons son rappel à courte distance et des « assis » avant de lâcher prise. Mais je lui demande aussi de s’asseoir à distance et je pratique son rappel lorsqu’elle n’est pas distraite, pour que ce soit une habitude et non seulement un système de troc lorsqu’elle veut quelque chose. Le contrôle est important, mais je ne veux pas non plus avoir à l’empêcher de faire tout ce qu’elle aime; je veux qu’elle soit accoutumée de me demander la permission. Pour son rappel et la remise de la laisse, je lui donne toujours un morceau, à moins qu’elle ait tardé. La plupart du temps le bonbon n’est pas aussi motivant que ce qu’elle quitte dans le champ pour revenir vers moi et elle le sait, c’est un geste plutôt symbolique de ma part, je récompense l’effort et non l’acte.

Il y a des gens qui refusent d’utiliser les gâteries, mais à mon avis ils ne comprennent pas le principe des récompenses. Les chiens se dirigent toujours en fonction de ce qu’ils désirent. La chasse, la course, les odeurs, les jeux, l’attention et la nourriture sont tous des récompenses, et c’est à vous de les régir pour pouvoir les proposer à titre de bénéfices. S’il aime les bonbons et vous lui en donnez uniquement lorsque sa conduite vous plaît ou pour l’aider à apprendre quelque chose, il n’y a aucun mal là-dedans.

 

un chien heureux.

Filed under: apprentissage,comportement — ginginbonbon @ 17 h 37 mi
Tags: , , ,

Je suis du genre à aimer penser à des trucs. J’aime beaucoup songer, lire, apprendre et mijoter. L’humain, ainsi que son compagnon canin, démontre la néoténie et la néophilie. C’est à dire, nous continuons à apprendre, à explorer et à jouer tout au long de notre vie.

Je crois aussi que si on veut avoir un chien heureux, il faut penser à lui. Il faut prendre le temps de le connaître, de faire en sorte qu’il s’éclate et de l’apprécier. Puisqu’à l’origine ils ont été élevés pour le travail, les chiens ont besoin de s’occuper avec des activités constructives. Apprenez à votre chien comment bien marcher en laisse, et ce sera un plaisir de vous promener ensemble. Montrez-lui comment vous rapporter des objets ou se secouer et vous trouverez votre compagnon bien utile en temps élus. Il doit faire de l’exercice à tous les jours, mais il peut travailler son cerveau en même temps. L’exercice et la stimulation mentale sont essentiels à son bien-être.

César suggère deux promenades d’au moins 45 minutes (chacune) par jour, et bien que je ne suis pas d’accord avec la plupart de ses techniques, je trouve son opinion sur l’exercice bien équilibrée. Ça dépend de la race, l’âge et le besoin individuel du chien, mais une journée complète pour pitou comprend la promenade en laisse, un jeu et une activité à la maison ou vous passez du temps ensemble sans vous en occuper directement. Vous pouvez le surveiller manger un os pendant que vous faites la vaisselle. Je m’amuse à patenter des jouets en emballant des gâteries ou un os dans des boîtes en carton ou des bouteilles en plastique trouées. Si ça lui prend longtemps avant d’y extraire les bonbons, il sera épuisé et satisfait et par après il se contentera de vous regarder finir la vaisselle couché sur le plancher.

Pour les jeux, essayez de faire quelque chose qui renforce votre lien tout en vous permettant de garder le contrôle. Exemple, si vous tirez sur une corde ensemble, votre chien doit lâcher son côté immédiatement sur demande. Vous pouvez facilement lui apprendre à lâcher avec des bonbons, mais le jeu doit remplacer le bonbon comme récompense assez rapidement. S’il n’obéit pas, on ne joue plus, pour quelques minutes si c’est un petit problème, plus longtemps ou pour toujours si ce n’est pas un bon jeu pour lui. (Vous pouvez le faire lâcher en soufflant dans ses narines ou en serrant un peu les côtés de sa bouche. Mais ce n’est que pour terminer le jeu s’il n’écoute pas.) Donc il y a un élément didactique, des tâches à performer et des aptitudes à parfaire. Votre chien doit aimer le jeu que vous choisissez, sinon vous n’aurez pas son attention et il ne sera pas motivé d’écouter et d’apprendre.

C’est sûr que des fois ça ne nous tente pas. Mais malgré cela, je me vois TOUJOURS dynamisée par une courte session de jeu (20 minutes ou moins) avec ma chienne. Elle est tellement mignonne lorsqu’elle se concentre, avec les oreilles qui dérivent vers le côté de sa tête comme des antennes! Il y a également des occasions où elle n’a pas l’envie de jouer, et nous nous contentons d’une bonne promenade dans le parc. L’important, c’est qu’elle se sente suffisament motivée par nos activités pour ne pas aller déranger d’autres gens ou faire des mauvais coups chez nous. En tout cas, un chien fatigué, bien encadré, (dans le sens où il a un répertoire de comportements satisfaisants pour lui et acceptables pour une vie harmonieuse avec vous!) et bien nourri (à suivre!) est un chien heureux.

 

La politesse canine 6 février 2009

Filed under: apprentissage,comportement,dressage — ginginbonbon @ 21 h 32 mi
Tags: ,

Si votre chien fait des choses qui vous déplaisent, vous pouvez vous demander POURQUOI. Beaucoup de gens le font, ils veulent comprendre ce qui se passe dans l’esprit de leur compagnon pour adresser le comportement. Je vous propose autre chose.

Je vous propose autre chose parce que je crois que si votre chien le fait assez souvent, c’est qu’il est motivé. Ça sert à quelque chose pour lui. Donc pour coopérer, vous lui montrez qu’il y a une autre façon d’y arriver, et que c’est une meilleure façon. Vous devez signaler un comportement qui vous arrange pour remplacer le mauvais. C’est plus positif, et les chiens comprennent mieux l’affirmation et l’action que l’interdiction.

Exemple- votre chien saute sur les gens. Vous essayez de l’empêcher, mais il continue à tirer sur la laisse, et aussitôt que vous le lâchez, il le refait. Vous dites « non » et même s’il a une idée du mot, il ne saura pas quoi faire (« non », ce n’est pas une action). Vous le mettez en punition, il se sent mal mais il ne comprend pas pourquoi (sauf que vous lui faites se sentir mal) et… vous n’allez pas très loin. Vous pouvez lui apprendre à s’asseoir. S’il s’assoit, il reçoit un bonbon, il est félicité, et il peut quand même rencontrer les gens, les sentir et avoir leur attention. C’est une autre façon d’arriver à avoir ce qu’il veut, sauf que c’est plus payant pour lui. Vous pouvez même lui apprendre à sauter dans les airs, pour le fun, mais quand c’est voulu seulement. Ne perdez pas votre temps à vous poser des questions existentielles, à tenter de le démotiver ou de lui expliquer pourquoi c’est mal de sauter sur les gens. C’est un chien, pas un enfant; il n’a pas de code moral.

 

La motivation!

Filed under: apprentissage,comportement,dressage — ginginbonbon @ 21 h 14 mi
Tags: , , , , , ,

Si votre chien ne vous écoute pas, c’est peut-être parce qu’il ne comprend pas à quoi ça sert. C’est un animal qui est motivé par ses besoins, alors il est question de s’imposer comme étant la réponse à ces besoins. Les chiens ont différents « modes » de comportement. S’il est coincé dans un mode de chasse (un écureuil!) ou de défense (un intrus qui pourrait voler son os!), ce n’est pas toujours facile de le ramener en mode social, là où il se soucie de vous. Si vous éprouvez des problèmes à avoir son attention en promenade, ce n’est pas parce qu’il a « tête dure » ou qu’il est « dominant ». C’est qu’il y a une distraction dans l’environnement, quelque chose de plus motivant que de répéter des exercices d’obéissance.

Si vous voulez qu’il vous écoute, surtout en cas d’urgence, vous devez lui prouver d’avance que c’est une bonne idée. Je crois que n’importe quel chien ou presque peut absolument tout faire pour devenir un excellent compagnon. Sinon, en tant qu’animal domestique les chiens ne seraient pas très appréciés! Mais on dirait qu’on oublie qu’il faut leur apprendre quoi faire… et tout leur apprendre. Si vous voulez que votre chien ait un certain comportement dans plusieurs environnements, vous devez pratiquer ce comportement dans des environnements variés, c’est tout. Il ne naîtra pas avec tous les instincts que vous désirez, mais il détient à jamais la volonté d’apprendre.

Premièrement, mettez-vous en valeur. Vous donnez à votre chien de merveilleuses promenades où il peut découvrir des odeurs et jouer. Vous n’êtes pas en compétition avec les distractions; vous ne l’empêchez pas d’explorer, de « chasser » ou défendre vos biens. Vous exigez simplement qu’il suive certaines consignes ou qu’il accepte les modifications nécessaires pour pouvoir faire ses activités en sécurité. Il faut y aller petit à petit, comme tout entraînement. Ça commence à la maison, sans distraction, et on ajoute lentement les défis, un à un. Il ne faut pas risquer de pratiquer l’erreur mais plutôt créer assez d’étapes à chaque leçon qu’il y ait toujours du progrès. Bref, il faut que votre demande soit assez facile que votre chien puisse réussir au moins 90% du temps. (Sinon, vous lui en demandez trop et vous devez commencer avec quelque chose de plus faisable. Pratiquez avec une laisse ou un longe pour éviter les récompenses non souhaitées.) Comme ça, le dressage demeure toujours un exercice positif et valorisant pour vous deux.

Voilà pourquoi la punition fonctionne assez mal chez les chiens : la motivation est beaucoup plus faible que pour quelque chose de positif, qu’il veut vraiment. Nous pouvons le comprendre: lorsque vous pensez à ce qui vous motive dans la vie, vous pensez aux choses que vous aimez et non aux « punitions » que vous voulez éviter. De plus, les méthodes décourageantes vous mettent en discorde avec votre chien et donnent des résultats imprévisibles. Vous pouvez vous retrouver avec un chien craintif ou sournois et certainement malheureux. Ça dépend des chiens, mais pour une bête qui se veut assez indépendante pour pouvoir prendre des décisions (ce qui est le cas pour bien des chiens), ce n’est qu’en comprenant et en utilisant ses motivations que vos requêtes arrivent à faire du sens à ses yeux.