C’est chien !

en. fran. çais.

L’AGRESSION 27 août 2009

J’ai remarqué dans mes statistiques de blog que plusieurs personnes se trouvent sur ma page en cherchant à se renseigner sur l’agressivité canine.

Si votre chien est agressif, NE SUIVEZ PAS LES « CONSIGNES » QUI VOUS ENJOIGNENT DE LE METTRE À SA PLACE, DE LE PUNIR, D’UTILISER LA FORCE PHYSIQUE POUR LE DOMINER, DE LUI FAIRE PEUR OU DE L’INTIMIDER. C’EST TOUJOURS UNE TRÈS MAUVAISE IDÉE. Je vous garantie que toute agression ou violence de votre part à la longue ne fera qu’engendrer plus d’agression ou de violence, de la part de votre chien. On peut même arriver à transformer un chien précédemment très amical en monstre dangereux avec une approche conflictuelle–c’est comme ça que les chiens de combat sont créés. En travaillant avec les problèmes d’agression canine, il faut montrer et apprendre au chien qu’il a toujours des meilleurs moyens que de bagarrer. Ce n’est pas fait du jour au lendemain.

Si le chien est déjà tendu ou contrarié vous ne devez pas lui présenter un stress supplémentaire mais faire l’inverse: vous devez le calmer. Les chiens peuvent devenir agressifs pour de nombreuses raisons. Ils peuvent attaquer ou mordre parce qu’ils ont peur, parce qu’ils se sentent menacés, ou parce que l’agressivité a toujours fonctionné auparavant pour que le chien obtienne une ressource, un espace ou une réaction qu’il désire. Les chiens commencent souvent à s’expérimenter avec des comportements agressifs lors de l’adolescence, là où ils apprennent comment agir sur leur environnement et à s’y faire une place.

La première tâche est d’éloigner le chien de ce qui déclenche la réponse agressive. Lorsqu’il rugit, jappe, bondit ou essaye de mordre, c’est fort probable qu’il ne vous écoute pas et qu’il n’est pas en mesure d’apprendre. Le principe de base de la désensibilisation, ensuite, s’agit de rester juste assez loin et de le récompenser avec quelque chose qu’il adore (nourriture ou jeux ou affection ou autres), avant qu’il ne réagisse, pour établir une association positive avec la cause de son agression. On procède à se rapprocher, très lentement, sans déclencher la réponse agressive et de le récompenser généreusement. Avec assez de pratique, vous verrez que le même stimulus qui enrageait le chien lui fait maintenant battre de la queue en vous regardant pour avoir sa récompense. Je crois que c’est une méthode réussie et prouvée.

Si le chien s’énerve, vous le poussez trop fort. Reculez et arrangez vous pour que votre chien réussisse. Il est également important de ne pas le récompenser s’il se remet à être agressif. Vous pouvez lui montrer qu’il a perdu une chance de se faire récompenser en lui disant «tant pis!». Reculez, recommencez, pratiquez, pratiquez!

Ça peut être un peu plus difficile d’éliminer ce qui récompense déjà le mauvais comportement. Par exemple, un chien qui est toujour ignoré par son maître, sauf quand il est méchant, pourrait l’embarrasser simplement pour avoir un peu d’attention. Voilà pourquoi c’est essentiel de remarquer, d’apprécier et de récompenser tous les bons comportements: pour pouvoir souligner le contraste avec les bêtises, là où vous retirez votre approbation et votre attention. Ça doit être le cas en toute instance, alors le travail exige parfois une refonte totale des relations entre l’humain et le chien. C’est à dire, si vous ne félicitez jamais votre chien, mais vous lui donnez beaucoup d’attention lorsque vous êtes fâché, il n’apprendra pas magiquement à se comporter comme vous voulez.

Si le chien est possessif, par exemple, on lui montre qu’il a accès aux jouets s’il les partage, mais on le restreint s’il ne joue pas bien avec les autres. Ce n’est pas toujours possible pour une personne moyenne d’éradiquer complètement un comportement, mais on doit au moins s’assurer d’empêcher les récompenses de ce comportement. Un chien qui blesse doit ainsi porter une muselière en forme de panier (avec des trous pour faire passer les bonbons). Il doit être formé pour aimer la muselière. J’écrirai possiblement quelque chose à ce sujet plus tard, mais c’est un problème assez grave qui nécessite probablement l’appel à un professionnel et non à un blog d’amatrice.

J’ai moi-même une chienne qui démontre de l’agression en certaines circonstances que j’ai appris à prévoir, à gérer et lentement, à corriger. J’essaye de ne pas prendre de chances et la plupart du temps je la récompense simplement parce qu’elle reste près de moi et me regarde et qu’elle ignore l’autre chien au lieu de l’attaquer. Je me place entre elle et l’autre chien et elle se sent en sécurité car je lui montre que je m’occupe de tout. Même lorsqu’elle rencontre un autre chien et ça se passe bien, il ne faut pas que ça s’éternise. Si elle n’aime plus ça et elle devient agressive, l’autre chien va certainement vouloir s’en aller, et elle aura eu le résultat voulu pour son agression. Malheureusement, je ne peux pas non plus m’attendre à ce que la plupart des autres propriétaires veulent nous aider et montrer à ma chienne que son agressivité n’est pas payante, même si la majorité de ses problèmes se règlent si elle passe assez de temps avec eux. J’ai donc appris à être très vigilante. Une fois que le chien pique une crise vous êtes rendu au point de gérer sa réaction au lieu de la modifier.

C’est utile de se rappeler que les grognements et aboiements des chiens servent de communication, et les escarmouches semblent souvent pire qu’elles le sont en réalité. Si votre chien a un caractère sanguin mais il ne blesse jamais les autres lors de conflits, prenez une grande respiration ou deux et dites-vous que ça pourrait être pire. Les propriétaires, de leur part, paniquent souvent pour rien, et personne n’est fait en chocolat! N’oubliez pas, par contre, que les enfants (humains) sont beaucoup plus fragiles, et que TOUT chien doit être 100% controlé avec eux.

L’idéal, bien sûr, est de consulter un spécialiste pour les problèmes d’agression, mais ça doit être à tout prix quelqu’un qui utilise uniquement l’approche douce. N’importe qui peut vous dire comment dominer votre chien, mais ce n’est pas de la modification de comportement, c’est de la maltraitance.

 

l’alimentation canine

Filed under: alimentation — ginginbonbon @ 15 h 18 mi
Tags: , , , , , , ,

Je tiens réellement à ma chienne, et je fais mon possible pour rester informée en ce qui concerne ses soins. J’ai lu les sites web de beaucoup de maîtres qui promouvoient l’alimentation crue, et j’apprécie tous les arguments à cet effet.

Les chiens sont carnivores-opportunistes. Ils ont évolué en périphérie des habitats humains et ont surtout profité des ordures, mais leur système digestif, leur besoin important de protéines et leur comportement indiquent le carnivorisme. La consommation de déchets tels que les céréales, le maïs et les patates, qui servent d’agent de remplissage dans la moulée commerciale, rassasient l’animal sans lui fournir les éléments nutritifs dont il recherche réellement. En effet, on peut enlever tout féculent de l’alimentation du chien et affecter nullement sa santé; c’est même souvent necéssaire de le faire à cause d’allergies.

Les croquettes en sac, que l’on connait seulement récemment en considérant l’histoire du chien domestique, existent principalement pour faire gagner de l’argent aux vendeurs de ce produit. C’est facile pour les propriétaires de chien et ça ne coûte pas très cher; voilà les avantages. Ce sont des aliments surtraités, diminués par la cuisson et par la suite bourrés de vitamines artificielles pour tenter de pallier la dégradation nutritive. Ce n’est pas bien absorbé par l’animal, qui possède un milieu digestif court et acide.

Une alimentation saine pour un chien, conçue avec des ingrédients entiers et frais, contient environ 80% de viande, 10% d’os et 10% d’organes, tous crus. La moitié des organes devraient être composée de foie. La cuisson change la composition des matières et réduit l’humidité; les chiens nourris aux croquettes n’arrivent pas vraiment à établir une hydratation équilibrée. Ils ne savent pas combien d’eau boire, mais la moulée leur donne soif. À mon avis ce n’est probablement pas très bon pour les reins. Les os devraient être comestibles pour le chien sans endommager ses dents (les canins à l’état sauvage ont plus de connaissance à cet effet, et sans doute plus de dents cassées aussi). Les os cuits sont durcis et forment des échardes qui peuvent causer de graves problèmes dans le système digestif. Donc, on ne donne pas d’os cuits, ni d’os de pattes apart les pattes de volaille (mais même les cuisses de dinde peuvent être trop dures pour un petit chien).

C’est une publicité tout à fait méprisante qui vous dit que la meilleure alimentation pour toute la vie d’un chien s’agit d’une seule sorte de vieille céréale vitaminée, déshydratée et rance en sac. Pour quelle espèce serait-elle appropriée ?